Beatmaker : Licences exclusives, non-exclusives, comment ça marche ?

Share:

Quand vous achetez une instru' sur une plateforme comme Beatstars à un Beatmaker, ce dernier (une fois que vous l'aurez payé), doit vous envoyer l'instru' et une licence vous permettant de l'exploiter. Ce document fixe les règles du jeu. On vous explique tout...

La licence non-exclusive, financièrement interessante, mais avec de nombreuses limites...

Une licence non-exclusive vous permet d'exploiter l'instru' (streaming + vente digitale). Néanmoins, vous n'en n'avez pas l'exclusivité, le beatmaker pourra continuer à vendre cette instru' autant de fois qu'il le veut à autant d'artistes qu'il le souhaite.

L'avantage de cette licence est qu'elle n'est pas très chère. C'est un bon moyen de développer son projet et son audience sans se ruiner dans un premier temps.

Le désavantage, vous l'aurez sans doute compris, est que beaucoup d'artistes pourront eux aussi utiliser l'instru'. Si vos fans l'apprennent, cela peut vous nuire en terme d'image et notoriété. De plus, vous ne pourrez pas toujours monétiser votre  morceau sur Youtube, vous ne pourrez pas non plus le déposer à la SACEM, c'est choses là sont réservés à l'artiste qui en aura l'exclu' !

Attention ! Quand vous achetez une licence non-exclusive il y aura très certainement des restrictions d'exploitation. Il existe plusieurs licences non-exclusives à des tarifs différents, les prix et les restrictions peuvent varier d'un beatmaker à l'autre mais généralement, cela fonctionne ainsi :

- BASIC LICENCE $24,99 : Instru au format mp3, 1000 ventes digitales ou physiques, 10.000 streaming, 1 clip vidéo, 3 radio, etc...

- PREMIUM LICENCE $29,99 : Instru' au format wav, 5000 ventes digitales ou physiques, 150.000 streaming, 2 clips vidéo, 5 radio, etc...
etc...

- TRACKOUTS + PREMIUM $39,99 : Pareil que la PREMIUM LICENCE sauf que vous pourrez télécharger les pistes séparées de l'instrumentale.

De cette façon, si votre track se met à marcher, vous pourrez simplement upgrader votre licence (si celle-ci n'a pas été vendue en exclu' entre temps). Pour info, votre licence non-exclusive reste valable 10 ans en règle générale ! 



La Licence exclusive, plus chère, mais tellement plus cool !

À partir du moment où un beatmaker vend une licence exclusive, cette dernière ne pourra plus plus apparaître sur son store, vous en avez désormais l'exclu ! Attention, le producteur peut quand même garder des droits (de compositeur) sur le morceau.

A savoir qu'il n'y a pas vraiment de prix moyen pour une œuvre exclusive. Sur Beatstars des instru' en exclu' se sont déjà vendu jusqu'à $8000 ! Mais vous trouverez aussi des artistes qui en proposent pour $200 voir même $49,99 sur le store du beatmaker français KVN

Si vous achetez un track en exclu, pensez bien à demander votre licence écrite. Cette licence ne pose généralement aucune limite en terme de vente, streaming, etc... Vous pourrez alors monétiser votre titre sur Youtube, le déposer en SACEM et ainsi récupérer tout vos gains générés. Le beatmaker gardera normalement ses droits de compositeur sur la prod (que vous pouvez aussi négocier lors de l'achat).

N'hésitez pas à négocier


D’expérience, il est très rare que les producteurs n'acceptent pas de négocier. Beaucoup de producteurs proposent régulièrement des offres discount comme une instru' achetée, une instru' offerte !


9 commentaires:

  1. ok et si j'achète le morceau en exclu mais que le beatmaker a déjà vendu l'instru en non exclu a des artistes, est-ce que ces dernières s'annulent ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, non elles ne s'annulent pas, les licences non exclu déjà vendues restent valables pendant 10 ans généralement. Une fois ce délais passé, leurs licences n'est plus valables. Soit ils te contactent pour négocier une nouvelle non exclu de 10 ans (tu peux demander de l'argent ou tu peux refuser), soit ils retirent la musique en question des platerformes. Seule ta licence exclu n'a pas de date de péremption ;)

      Supprimer
  2. Salut,
    Très bon article! De mon côté, je suis beatmaker et sociétaire Sacem. Je recherche des infos pour savoir si j'ai le droit de vendre mes prods ou non? Si je dois déposer ou non les prods que je mets en vente? Je ne veux pas perdre mes droits au cas où un morceau ferai un carton. Si vous avez des infos là-dessus svp... Merci d'avance pour réponses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur tu peux vendre tes prods. Pour ce qui est de la SACEM, tu peux enregistrer l'oeuvre en provisoire histoire de la protéger mais par contre ne surtout pas l'enregistrer en définitif ! Tu ne peux enregistrer une oeuvre qu'une seule fois en théorie, donc si tu le fais, l'artiste qui achètera ton oeuvre en exclu ne pourra plus déposer le titre en SACEM, il y aura conflit et la sacem fera un rejet.

      Donc mon conseil, quand tu vends une oeuvre en exclu, c'est de bien surveiller que l'artiste déclare son master final à la SACEM (du moins si il y est inscrit) et que surtout il t'y intègre et fasse la bonne répartition (toi 50% compositeur et lui 50% auteur).

      Supprimer
    2. Hello,
      Merci pour ce super article !
      Une question: je vends une exclu, je dépose le beat en provisoire.
      L'artiste ne déclare pas son master final à la SACEM (ou équivalent de son pays). Par ailleurs, quand il mets sa chanson sur les plateformes, il est étourdi et oublie de me mentionner en tant que compositeur à 50% (selon le contrat d'exclusivité généré par Beastars).
      Est-ce que le fait d'avoir déclarer mon beat en provisoire à la SACEM peut me permettre de récupérer quelques sous sur les streams ?

      Supprimer
    3. La réponse est que non. Pour commencer, la SACEM n'a pas vocation (ou alors très peu) à récuperer l'argent généré par les streams, c'est au distributeur digital de faire cela. La SACEM collecte surtout les droits concernant la diffusion public, live, tv et radio (donc pas grand chose voir rien sur l'artiste en question ne tourne pas ou n'est pas un minimum connu...). Le fait de déclarer ton beat en provisoir ou en définitif ne te permettra pas dans les deux cas de récupérer des sous sur les streams... Tout reviens à l'artiste via les plateformes digitales. Sur les contrats beatstars générés automatiquement, il est juste marqué que tu reste propriétaire de la part compo et lui auteur, mais rien de plus en fait.

      Si t'as d'autres questions, on reste à ta dispo, bonne journée.

      Supprimer
  3. Bonjour,

    Comment contrôler le streaming audio et les ventes ? Pour une licence non exclusive ? Car cela ne va pas se bloquer à un chiffre précis. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ! En fait, c'est au beatmaker de vérifier cela, il a le droit de demander à l'artiste un compte rendu de ses ventes et de ses streaming régulièrement (il peut aussi aller vérifier lui-même les statistiques d'écoute et de vues Youtube). Il ne faut pas oublier que pour une licence non exclusive, le producteur reste propriétaire des droits et a donc un droit de regard. Dans la réalité, très peu de beatmakers font ce genre de vérification, et les artistes se gardent bien de le dire quand ils dépassent les quotas autorisés par la licence.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer