"Je n'ai aucun regret", l"homme qui a giflé le président, se fait lyncher sur le plateau de TPMP (VIDEO)

Share:
Photo de Booba et Damien Tarel dans Touche pas à mon poste

Ce lundi 20 septembre, Cyril Hanouna a reçu Damien Tarel, le gifleur d'Emmanuel Macron, en direct dans Touche pas à mon poste. Les propos du jeune homme ont heurté les chroniqueurs présents sur le plateau. 

Hier soir sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste, Cyril Hanouna a reçu la visite de Booba qui vient tout juste d'annoncer qu'il serait en concert au Stade de France l'année prochaine. Et à la fin de la quotidienne, Cyril Hanouna a accueilli Damien Tarel, l'homme qui a giflé Emmanuel Macron et qui vient de sortir de prison. Ce dernier a alors expliqué qu'il ne regrettait pas son geste qui n'était pas prémédité selon lui. Et Raymond n'a pas pu contenir sa colère face à l'invité du jour ! La preuve en vidéo ci-dessus.

 

"Ce n'est pas bien ce qu'il a fait. Déjà, il ne regrette pas et c'est les institutions que tu insultes. La France, on s'est fait traiter d'abrutis dans le monde entier, juste parce que tu as mis ta petite gifle de bouffon. Parce que pour moi, tu es un petit bouffon de cour d'école !", a déclaré Raymond. Ce qui a rapidement fait réagir Booba qui lui a proposé de changer de place avec lui pour être à côté de Damien Tarel. Le rappeur a alors balancé : "Là, je te sens, t'es chaud !". Une note d'humour qui a réussi à détendre le chroniqueur de TPMP

Quelques secondes après, Cyril Hanouna a demandé à l'agresseur d'Emmanuel Macron s'il n'a pas regretté ce qu'il a fait. Damien Tare a alors répondu avec un calme déconcertant : "C'est juste une gifle". Des propos qui ne passent pas. Valérie Bénaïm n'a pas pu se contenir en entendant la défense de l'accusé sur le plateau de Touche pas à mon poste. "Ce n'est pas juste une gifle. Vous donnez une gifle, et juste avant vous dites : 'Montjoie Saint-Denis, à bas la Macronie', on sait que c'est une référence royaliste récupéré par l'extrême droite, donc n'est-ce pas quelque chose de prémédité d'une part ? Un acte politique d'une autre part ? Et guidé par l'extrême droite ?", a demandé la chroniqueuse.

Damien Tarel a répondu que "non", il n'a pas été guidé par l'extrême droite. "C'est guidé par ma compassion pour les Gilets Jaunes. J'étais moi-même Gilet Jaune, j'étais sur le rond-point", a-t-il ajouté. Et de conclure qu'il n'y avait aucune connotation d'extrême droite. Matthieu Delormeau a quant à lui confié avoir beaucoup de peine pour la France entière. "C'est une honte, parce que vous avez giflé la France entière, on est la honte de beaucoup de pays, car vous avez giflé un pays", a-t-il conclu non sans émotion.