Achat de streams dans le rap : est-ce si important ?

Share:

Fraîchement sorti de prison le rappeur 6ix9ine a remis le sujet épineux de l’achat de streams sur le devant de la scène musicale.

Après un âge d’or dans les années 90, l’industrie du disque a perdu les 2/3 de sa valeur avec le téléchargement pirate, et le rap a morflé au début des années 2000, avec des rappeurs comme Salif ou Nessbeal qui vendaient peu de disques mais qui étaient beaucoup écoutés illégalement. 

Avec le streaming, on est passé d’une logique d’achat à une logique d’écoute, et ça a bénéficié au rap, qui est devenue la musique la plus écoutée et la plus vendue. Aujourd’hui, le streaming représente 63 % du marché de la musique en France. Depuis 2018, seules les écoutes qui viennent des abonnements payants sont prises en compte pour le calcul des ventes, et les certifications (disque d’or, platine, diamant) se sont adaptées. 

On estime que dans les labels de rap, 90% des revenus proviennent du stream. Sur Spotify, parmi les 10 artistes les plus écoutés des 10 dernières années, il n'y a que des rappeurs (1 Jul, 2 PNL, 3 Ninho). Jay-Z l’a dit « les hommes mentent, les femmes mentent, pas les chiffres », c’est une belle punch mais c’est aussi en train de devenir un enjeu énorme, à tel point que certains artistes et certains labels achètent des streams. Par exemple, sur le site Boostium avec169 euros on peut acheter 25 000 écoutes Spotify. Lartiste, Gims, Booba, Rohff et Hayce Lemsi entre autres ont poussé des coups de gueule contre les achats de stream, mais aucun nom n’est jamais sorti.

Crédit : Le Mouv